Ta maladie

5 Fév 2018

Elle est partie comme elle est venue, sans t’avertir, t’as rien vu venir
Elle est partie et pas revenue, t’as compris qu’ c’était pas pour rire
Avant t’avais jamais pleuré, et puis maintenant, voila, tu sais
Ce putain d’ vide au fond des tripes, qui t’ fais chialer à en crever
Tu sais bien qu’ t’es pas le premier, et qu’il y a d’autres mecs qu’en ont bavé
Mais seulement t’en as rien à foutre, toi, t’étais pas un d’ ces ratés

Parc’ que, voila, toi, tu croyais
Que t’étais l’ seul homme de sa vie
C’était ta moitié qu’ tu disais
Et c’est devenu ta maladie

Tu voudrais rester droit et fier, pour que les gens y croient qu’ t’es gai
Mais c’est pourtant toujours parterre, où tu t’ retrouves quand t’es rentré
Alors tu la joues solitaire, en disant qu’ c’est bien, dans la vie
De pouvoir faire c’ qu’on a à faire, sans devoir faire de compromis
Mais le silence qui t’entoure, te rappelle, sans cesse qu’ t’es tout seul
Dans l’ miroir tu regardes ta gueule, et dans tes yeux, y a plus le jour

Parc’ que, voila, toi, tu croyais
Que t’étais l’ seul homme de sa vie
C’était ta moitié qu’ tu disais
Et c’est devenu ta maladie

Puis tu t’ replonges dans les souvenirs, tu prends goût à ta nostalgie
Tu commences à aimer souffrir, comme si elle allait revenir
Et puis tu sors le nez d’ chez toi, et là, tu la croises dans la rue
Avec un autre mec dans les bras, et puis toi elle t’a même pas vu
Bien sûr tu t’en doutais déjà, mais en même temps, t’y pensais plus
Mais ce mec là, ben c’est pas toi, et toi t’es plus qu’un inconnu

Parc’ que, voila, toi, tu croyais
Que t’étais l’ seul homme de sa vie
C’était ta moitié qu’ tu disais
Et c’est devenu ta maladie
Parc’ que, voila, toi, tu disais
Le grand amour, c’est pour la vie
Mais ta belle fée, elle s’est tirée
Et t’en seras jamais guéri.

Texte et Musique : Frédéric Rocchia